La lecture à l’écran est 30 % plus lente que la lecture sur support imprimé. L’attention de l’internaute se perd donc plus facilement.Ecrire pour le web,  c’est donc savoir utiliser toutes les astuces possibles pour garder l’internaute le plus longtemps sur son site. Et si par dessus, notre ami Google s’en mêle et que l’on a des objectifs de référencement pour notre texte, alors là, il faudra carrément se faire un pense-bête pour ne rien oublier.

Ecrire pour le web ? 5 règles à connaître avant de vous lancer !

  1. Faire son planning éditorial et choisir ses sujets

Qui sont mes lecteurs ? Quels sujets les intéressent ? Quelles questions se posent-t-ils et quelles sont leur préoccupations, professionnelles ou personnelles ? Une fois que j’ai bien cerné le profil de mes internautes, à moi de faire ma liste de sujets récurrents, que je pourrais aborder dans mes articles de blog ou sur les réseaux sociaux. Un peu comme les grandes rubriques d’un magazine, qui reviennent à chaque nouveau numéro et que j’applique à mon entreprise.

2. Ecrire pour le web : préparer la rédaction

Dès que le sujet est trouvé, il faut partir à la recherche de mots-clés et de synonymes. En inclure dans le contenu (densité 2 %) permet d’améliorer le référencement.
Astuce : comment trouver des mots clés pertinents ? Consulter notre article de blog sur le sujet.

3. Ecrire pour le web : structurer le contenu

  • Aller à l’essentiel. Éviter de tourner autour du pot. Le contenu doit être encore plus synthétisé si les lecteurs sont majoritairement sur mobiles.
  • Exprimer ses idées en appliquant la pyramide inversée : du + important au – important
  • Utiliser la méthode QQOQCCP (Qui fait Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Et pourquoi ?) pour détailler au mieux l’information. En anglais il s’agit de la technique des 5W (cf. Who, What, Where, When, Why ?)
  • Se concentrer sur une idée par paragraphe. Préciser cette idée dès le début du paragraphe
  • Attention, avoir un contenu unique : il est absolument interdit de faire des copier/coller, à l’intérieur de votre site, ou en copiant d’autre site. Google le pénalise fortement en référencement !

Astuce : sur le web un contenu peut facilement être intemporel à condition d’éviter les mots temporels tel que « aujourd’hui », « demain » ou bien « cette année ». Ou alors, il faut se rappeler de mettre à jour ces termes… Donc ne mettez pas d’information de date dans vos textes !

4. Ecrire pour le web : règles d’écriture à respecter

  • Écrire des phrases courtes. Relisez-vous et coupez vos phrases ! Une énumération : faites une liste à puces, plutôt qu’une longue phrase pleine de virgules.
  • Éviter les termes trop techniques, les abréviations ou le contenu dans une langue étrangère. Exception faites des termes connus de tous tel que « e-mail » ou « marketing »
  • Privilégier la voix active à la voix passive
  • Ne pas faire de double négation
  • Éviter les métaphores
  • Adapter le style à son audience. Utiliser la 1er personne du singulier pour un blog très personnel, la 2ème personne du pluriel pour des tutoriaux, un style impersonnel pour un site éditorial …
  • Ne faire aucune faute et bien se relire. Les fautes d’orthographe ne véhiculent pas une image de qualité pour votre entreprise.
  • Les chiffres ne doivent pas être écrits en lettres

5. Ecrire pour le web : calibrer son texte

Quelle taille pour quel type de texte ? Apprenez à calibrer votre texte, au mot près ou au caractère près. Abandonnez l’idée de mettre un maximum de photos pour très peu de mots : c’est peut-être joli, mais cela vous pénalisera en référencement. Un site vide de mots est un site qui ne sera pas bien référencé.
Trop long ! … trop court !… Quand vous écrivez un texte sur internet, pensez à l’internaute d’abord (des idées chocs avec un minimum de mots), mais pensez aussi à votre copain Google (un maximum de mots pour le référencement). Et comme chacun veut l’emporter, ce sera bien à vous, rédacteur web, de trouver le bon équilibre ! Ni trop, ni pas assez : tout simplement parfait ;-). Toute la valeur d’un bon rédacteur web est là !

  • Titre : 6 mots
  • Contenu page de site internet : 350 mots (texte + boutons)
  • Article de blog : 350 à 1 600 mots
  • Post Facebook : 40 à 80 caractères
  • Objet d’un mail : 28 à 40 caractères

Astuce : utilisez la fonction (nbcar) sur Excel ou le compteur de mots, en bas de votre écran sous Word.

Et voilà, vous êtes prêt à démarrer… ou à faire appel à une bonne agence web, spécialisée dans la web rédaction et le brand content. J’en connais une pas très loin de chez moi 😉

Contacter Boostacom pour une formation « Ecrire pour le Web » ou une prestation de rédaction de contenus web.

23 février 2017
Ecriture web et lecture à l'écran

Ecrire pour le web : les 5 règles à connaître

La lecture à l’écran est 30 % plus lente que la lecture sur support imprimé. L’attention de l’internaute se perd donc plus facilement.Ecrire pour le web,  c’est donc savoir utiliser toutes les astuces possibles pour garder l’internaute le plus longtemps sur son site. Et si par dessus, notre ami Google […]
2 janvier 2017
Boostacom vous souhaite une bonne année 2017

Bonne année 2017 !

Toute l’équipe BOOSTACOM vous souhaite une excellente année 2017. Que de beaux voyages faits ensemble cette année : au coeur de vos entreprises, au coeur de vos savoir-faire, au coeur de vos passions… Que 2017 nous permettent de découvrir de nouveaux horizons pour nos activités, et nous amènent à bon […]
20 décembre 2016
Techniques web to store pour les achats de Noël

Web to store : du web vers la boutique physique

64 % des mobinautes utilisent la recherche sur mobile pour trouver une idée cadeau, avant de se rendre en magasin ! Pendant la période avant Noël, les recherches sur Google pour le terme « cadeau cool » ont augmenté de 80 %, « cadeau unique » de 65 % * Du site internet à la […]
22 novembre 2016
calculer le roi de sa stratégie digitale et son retour sur investissement

Stratégie digitale : comment calculer son retour sur investissement ?

Que l’on soit responsable webmarketing face à son PDG, ou agence web face à son client, la question qui revient inévitablement lorsque l’on termine la présentation d’un plan d’actions  digital est très souvent : »C’est un beau plan d’actions que vous me proposez, mais quel sera mon retour sur investissement si je […]